Sels de Schüssler

La thérapie de Schüssler constitue une médecine naturelle qui compte parmi les plus efficaces

Sa particularité est l'utilisation de sels minéraux, décelés dans les cellules même de l'organisme humain, en vue de pallier les carences cellulaires qui sont à l'origine de la plupart des maladies. Son principe est fondé sur les mécanismes de défense et d'autoguérison de corps.

Origines

C'est en 1873 que le Docteur Schussler (médecin Allemand) travaillant sur les travaux du Dr. Hahnemann a mis en place la théorie basée sur le fait que la structure et la vitalité des organes du corps humain dépendent d'une certaine quantité de constituants inorganiques qui sont absolument essentiels à la vie des tissus.
Il a démontré que tout désordre moléculaire de ces sels cellulaires causé par une déficience dans la quantité indispensable au bon fonctionnement, constitue la maladie qui peut être rectifiée en rétablissant l'équilibre par l'administration des mêmes sels minéraux en petites quantités.

Ces sels minéraux de Schüssler, au nombre de douze, furent choisis comme base thérapeutique.
Wilhelm Heinrich Schüssler a mis au point, pendant des années, ce mode de traitement chez de nombreux patients présentant les maladies les plus variées. Il traitait des troubles et des affections par des médicaments contenant des sels minéraux sous forme potentialisée.

Principe

La biochimie selon le Dr Schüssler voit la maladie comme l'expression d'un manque de sels minéraux. La prise de sels sert à compenser cette carence.
Le Dr Schüssler savait que les sels minéraux inorganiques (dépourvus de carbone) sont indispensables à l'anabolisme et au bon fonctionnement de notre organisme. Des maladies peuvent se développer du fait d'un apport insuffisant ou d'un apport déséquilibré de ces sels minéraux.
L'objectif d'un traitement efficace dans le temps n'est toutefois pas de remplacer simplement les substances qui font défauts. L'organisme ou les cellules doivent de nouveau "apprendre" à absorber les sels minéraux de l'alimentation en quantités et selon une composition appropriées et également à reconstituer les réserves.

Afin de remettre ce processus en marche, il a été fait appel à la potentialisation de substances naturelles telle qu'elle est utilisée dans l'homéopathie.
A l'aide de quantités infimes de la substance qui fait défaut, apportée de l'extérieur, on obtient une amélioration de la fonction cellulaire et de la capacité d'absorber les sels minéraux des aliments.
Au cours du développement de la méthode thérapeutique biochimique, on a ainsi sélectionné 12 sels minéraux grâce auxquels les fonctions normales des cellules peuvent être reconstituées de façon globale et préservées.
Ces douze médicaments minéraux, directement empruntés au répertoire homéopathique, et présentés également sous forme dynamisée, visent avant tout à restaurer la faculté de régulation de l'organisme, en tenant évidemment compte de la constitution du patient.

Présentation des 12 sels biochimiques

1/ Phosphatée calcique (Calcarea phosphorica) : Entrant pour 57% dans la composition des os, le phosphatée calcique est évidemment indispensable à la formation et à la conservation du système osseux. Sa carence entraîne des difficultés digestives et des formations excessives de mucus, responsables des rhumes et, à un stade carentiel supérieur, de la tuberculose ou du goitre.

2/ Sulfatée calcique (Calcarea sulfurica) : Ce sel minéral préside aux éliminations des déchets pris en charge par le sérum sanguin et déversés dans tous les conduits humides du corps : nez, bouche, yeux, gorge, estomac, œsophage, vessie…

3/ Fluo-calcique (Calcarea fluorica) : Le fluorure de calcium se trouve en surface, de la peau, des os ou des dents. Sa carence entraîne un relâchement ou une dilatation des fibres élastiques de l'épiderme.

4/ Phosphatée ferrique (Ferrum phosphoricum) : On connaît l'importance du fer. Une carence de fer dans le sang, et la santé est gravement en danger

5/ Chlorurée potassique (Kalium muriaticum) : Attention : le chlorurée potassique n'est pas le Chlorate de potassium. Ce chlorurée potassique a pour fonction de maintenir le taux de fibrine dans le sang, en association avec l'oxygène et les albumines.

6/ Phosphatée potassique (Kalium phosphoricum) : Le champ d'action de ce sel est le système nerveux central. Aussi trouve-t-il tout naturellement sa parfaite indication lorsqu'il y a fatigue physique et cérébrale, ou nervosisme.

7/ Sulfatée potassique (Kalium sulfuricum) : Ce sel intervient dans le transfert de l'oxygène, notamment vers la peau et les cellules épithéliales. Sa carence entraîne de la fatigue, de la frilosité, des palpitations cardiaques, de l'anxiété, de la tristesse, des migraines, ou des douleurs...

8/ Phosphatée magnésique (Magnesia phosphorica) : On trouve avant tout ce sel dans les fibres nerveuses et musculaires, et en particulier les fibres blanches. Ce sont d'ailleurs ces dernières qui, en se contractant, provoquent des spasmes ou des crampes lorsque le Phosphatée magnésique vient à manquer dans l'organisme. On l'emploiera donc comme anti-spasmodique, éventuellement en association avec le Phosphatée calcique, s'il ne suffit pas.

9/ Chlorurée sodique (Natrum muriaticum) : Avec le Phosphatée calcique, le Chlorurée sodique est le sel le plus présent dans l'organisme. En fait, ce sel agit sur toutes les fonctions organiques en association étroite avec l'eau. C'est dire son importance ! Et c'est dire également à quel point il participe à l'élimination des déchets.

10/ Phosphatée sodique (Natrum phosphoricum) : Sel dont la carence est souvent à l'origine de l'excès d'acidité dans l'organisme, le phosphatée sodique trouve son emploi dans les cas de fermentations digestives et de dysfonctions biliaires.

11/ Sulfatée sodique (Natrum sulfuricum) : La première fonction de ce sel consiste à équilibrer la répartition d'eau dans les tissus organiques, le sang et les fluides corporels.

12/ Silicique (Silicea) : Ce douzième et dernier sel est considéré comme “ le chirurgien du corps ”. En fait, sa carence entraîne le retardement de la suppuration et, par la même occasion, se trouve à l'origine de vives douleurs. De plus, selon le docteur Carey, “ une déficience de Silicique produit une condition mentale qui rend la faculté de penser difficile et pénible ”.

Les Sels de Schüssler et l'Astrologie

Bien que n'ayant strictement rien à voir avec la vision scientifique de Schüssler, un médecin, le docteur Carey, passionné d'Astrologie, établit des liens entre les 12 sels biochimiques et les 12 signes du zodiaque. Il fut très vite étonné de constater à quel point ses malades, sans le savoir, consommaient prioritairement le sel correspondant traditionnellement à leurs signes dominants et éprouvaient le besoin d'absorber le sel en analogie aux planètes du thème astrologique dites "faibles".

Par la suite, Inez Eudora Perry (élève du Dr Carey) et l'Astrologue Rubert Gleadow mirent au point un mode de diagnostic et de prévention par le rapprochement de l'étude du thème natal et des 12 sels biochimiques.

Voici les douze correspondances :
Bélier : Phosphate de Potassium
Taureau : Sulfate de Soude
Gémeaux : Chlorure de Potassium
Cancer : Fluorure de Calcium
Lion : Phosphate de Magnésium
Vierge : Sulfate de Potassium
Balance : Phosphate de Soude
Scorpion : Sulfate de Calcium
Sagittaire : Silice
Capricorne : Phosphate de Calcium
Verseau : Chlorure de Soude
Poissons : Phosphate de Fer

Une fois cette correspondance établie, il devenait possible d'évaluer les besoins en s'appuyant sur l'ensemble du thème astral d'un malade. A partir de ce constat, une procédure efficace a été élaborée pour choisir les sels à partir du thème, pas seulement à partir des symptômes comme cela se faisait jusqu'ici.

Bibliographie

Introduction à l'Etude de la Biochimie du Dr Schuessler. A.Richard
Comment guérir par les sels biochimiques. Dr H.M.Lernout
Les sels de Schüssler. Gerhard Leibold
Les 12 sels minéraux de Schüssler. R.Kellenberger; F.Kopsche
Les 12 sels de Schüssler. Ilse. Karger

Commentaires :

  • Les ouvrages de A.Richard et H.M.Lernout sont les premiers écrits sur le sujet. Etant avant tout des médecins leurs références en la matière sont indiscutables.
  • En sa qualité de médecin homéopathe, Gerhard Leibold a une approche très pratique pour toute sorte de maux au quotidien (affections respiratoires, cardiovasculaires, de la peau...).
  • R.Kellenberger et F.Kopsche abordent la pratique tant sur le plan physiologique de psychique.

Ilse. Karger établit un rapport très intéressant et innovant entre les 12 sels et une analyse faciale.

Haut de Page


Traitement et Guérison