Les planètes

Des astres aux Dieux et à la mythologie il n'y a qu'un pas puisque, à chaque planète, fut atribué dès la plus haute antiquité, le nom d'un Dieu. 

Soleil (Apollon) - Mythologie

Le Soleil est un symbole très puissant pour les hommes. Il occupe une place dominante, il représente le pouvoir, le rayonnement.
Cet astre donne la vie et si le Soleil venait à disparaître, ou même si ses rayons ne nous parvenaient plus, la vie s'éteindrait sur Terre, d'où le symbole de vie (donneur de vie), source de lumière, de chaleur, de croissance et par extension symbole des honneurs de la réussite, du prestige.

Légendes
Le Soleil ou Hélios, fils d'Hypérion et de Basilée, fut noyé dans l'Eridan par les Titans, ses oncles. Basilée, cherchant le long du fleuve le corps de son fils, s'endormit de lassitude, et vit en songe Hélène qui lui dit de ne pas s'affliger de sa mort, qu'il était mis au rang des dieux, et que ce qui s'appelait autrefois, dans le ciel, le feu sacré, s'appellerait désormais Hèlios ou le Soleil.
Les Grecs et les Romains l'appellent très souvent Phébus et Apollon. Cependant, les anciens poètes font ordinairement une distinction entre Apollon et le Soleil, et, reconnaissent en eux deux divinités différentes. Ainsi Homère, dans l'adultère de Mars et de Vénus, dit qu'Apollon assista à ce spectacle, comme ignorant le fait ; et que le Soleil, instruit de toute l'intrigue, en avait donné connaissance à Vulcain.

Hélios s'éprit d'un vif amour pour Rhodos, fille de Neptune et de Vénus, et nymphe de l'île à laquelle il donna son nom. Il eut de cette nymphe sept fils, les Héliaques, qui se partagèrent l'île de Rhodes. Cette île fut consacrée au Soleil, et ses habitants, qui se disaient descendants des Héliaques, se vouèrent particulièrement à son culte.
Ce dieu aima encore et épousa Perséis ou Persa, fille de Téthys et de l'Océan ; il en eut Étés, Persé, Circé et Pasiphaé.

Le culte du Soleil était répandu dans tout le monde ancien. Les Grecs l'adoraient et juraient, au nom de cet astre, entière fidélité à leurs engagements. Sur une montagne près de Corinthe, il y avait plusieurs autels consacrés au Soleil, et, après les guerres médiques, les habitants de Trézène dédièrent un autel à Hèlios libérateur.

Ovide s'est plu à faire la description du palais du Soleil : c'est un séjour de cristal, de diamant, de pierres et de métaux précieux, tout resplendissant de lumière : le dieu siège sur un trône plus riche et plus brillant encore que le reste du palais : telle est la lumière qui étincelle et jaillit de toutes parts, que l'œil d'un mortel n'en saurait soutenir l'éclat.
Hèlios, dans son appareil de splendeur, monte le matin sur son char attelé de chevaux qui ne respirent que le feu et l'impatience, et il s'élance dans le ciel par sa route accoutumée, dès que l'Aurore lui a ouvert les portes du Jour. S'il lui arrive parfois d'être en retard, c'est, disent les poètes, qu'il s'est oublié dans la couche de Thétis, fille de Nérée, la plus belle des nymphes de la mer. Le soir, il descend au sein des ondes afin de goûter un repos bien mérité, pendant que ses chevaux répareront aussi leurs forces, afin de recommencer bientôt après leur course quotidienne avec une nouvelle ardeur.

On le représente d'ordinaire sous les traits d'un jeune homme à la chevelure blonde, au visage brillant et empourpré : il est couronné de rayons, et parcourt le Zodiaque sur un char tiré par quatre chevaux.

Les anciens le représentaient encore par un œil ouvert sur le monde.

Haut de Page

Soleil - Astronomie

Le Soleil est l'étoile du Système solaire. Agé de 4,6 milliards d'années, on admet généralement qu'il s'est formé par l'effondrement gravitationnel d'une nébuleuse sous l'effet des ondes de choc produites par une ou plusieurs supernova.
Le Soleil fait partie de notre galaxie constituée de matière interstellaire et d'environ 234 milliards d'étoiles que l'on nomme la Voie lactée. Il gravite autour du centre de la Voie lactée dont il est distant d'environ 25 à 28 000 années-lumière. Sa période de révolution galactique est d'environ 220 millions d'années, et sa vitesse de 217 km/s-1, équivalente à une année-lumière tous les 1 400 ans (environ). Le Soleil tourne également sur lui-même, avec une période de 27 jours terrestres environ.
Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type naine jaune, composée d'hydrogène et d'hélium. Autour de lui gravitent la Terre, et sept autres planètes, au moins cinq planètes naines, de très nombreux astéroïdes et comètes et une bande de poussière.

Bien que le Soleil soit une étoile de taille moyenne, il représente à lui seul environ 99,86 % de la masse du Système solaire. Sa forme est presque parfaitement sphérique, avec un aplatissement aux pôles, son diamètre polaire est plus petit que son diamètre équatorial de seulement dix kilomètres.

Les taches solaires sont des dépressions à la surface solaire. Elles sont ainsi moins chaudes de 1 500 à 2 000 kelvins que les régions voisines, ce qui suffit à expliquer pourquoi elles apparaissent, en contraste, bien plus sombres que le reste de la photosphère. Cependant, si elles étaient isolées du reste de la photosphère, les taches solaires, où règne malgré tout une température proche des 4 000 kelvins, sembleraient 10 fois plus brillantes que la pleine lune. La sonde spatiale SoHO a permis de démontrer que les taches solaires répondent à un mécanisme proche de celui des cyclones sur Terre.

Haut de Page

Lune (Séléné) - Mythologie

Luna pour les Romains, Séléné ou Artemis pour les Grecs, notre lune a depuis toujours été associée à la féminité, par extension à sa connexion avec l'eau, le monde du rêve et l'imaginaire.
Etant l'astre le plus rapide et celui dont la forme est la plus variable (ses phases), elle renseigne sur ce qui est mouvant, fluctuant ou instable.

Légendes
Déesse grecque, fille des Titans Hypérion et Théia, et sœur d'Hélios le Soleil et d'Éos l'Aurore. Pour sa part, elle est déesse de la Lune, et en particulier de la Pleine Lune. En effet, elle est particulièrement associée à cette phase de la Lune. Car elle fait partie d'une trinité qui est la suivante : Artémis (croissant de Lune), Séléné (Pleine Lune) et Hécate (nouvelle Lune). Elle est cependant l'essence même de la Lune et sa plus pure représentation. Elle est l'astre lui-même, et pour les romains, elle sera connue sous le nom simpliste de Luna.

Elle est souvent décrite comme une très jolie femme au visage d'une blancheur étincelante, portant des tenues longues, fluides, blanches et argentées. Sa tête ornée d'un croissant de lune couché sur le dos. Parfois, elle est décrite ayant des ailes blanches dans son dos. On dit d'elle qu'il lui arrive de porter une torche dans sa main droite, et qu'elle voyage dans la vastitude du ciel stellaire, dans un char en argent, tiré par deux chevaux d'une blancheur immaculée. On dit aussi qu'après ses baignades dans l'océan, elle aime faire des courses dans le ciel; un char d'argent tiré par des chevaux blancs, mais parfois par des bœufs blancs ou des dragons à l'apparence serpentine. Luisant d'une lumière argentée, on dit aussi qu'il est possible de la voir se balader parmi les étoiles, montant un étalon blanc ou un taureau blanc, renvoyant sa douce lumière laiteuse en complicité avec son frère Hélios, sur la Terre et ses enfants endormis.

Son nom est associé à celui d'une pierre, mais aussi à l'élément chimique nommé Selenium, ainsi qu'à la sélénologie qui constitue l'étude de la géologie de la Lune. Son nom tant qu'à lui, dériverait d'un mot qui signifierait "brillance'' et on fait parfois le lien avec un terme grec désignant les "lumières du nord'' les aurores boréales. Il ne serait pas impossible que le nom de cette belle déesse soit aussi lié à ce phénomène naturel des cieux.

À l'instar de sa sœur Éos (Aurore) elle eut de nombreux amants (Pan, Zeus et Endomyon étant les plus importants) et fut une amoureuse sincère et une amante passionnée. Le dieu Pan tomba amoureux d'elle, et pour la séduire, lui offrit un troupeau de bœufs (et de vaches) blancs. Comme cela ne suffisait pas, il se changea en bélier à la toison d'un blanc immaculé et éclatant pour la séduire. Ce fut sous cet aspect qu'elle tomba sous son charme, et ensuite il gagna son amour et ses faveurs. Le dieu des bergers, des montagnes, de la chasse et de la musique rustique, fameux compagnons des nymphes, sut ainsi gagner le cœur de la belle déesse de la Lune. Selon Virgile, Pan lui offrit ses deux destriers tirant son chariot argent, en plus de la séduire en revêtant la plus blanche des peaux de bélier (et non pas en se changeant en bélier immaculé).

Elle fut aussi l'un des nombreuses conquêtes de Zeus, qui lui donnera deux filles; Pandia et Ersé (la Rosée). C'est lui qui lui offrira la magnifique toison blanche et étincelante, de laquelle elle est parfois vêtue. Et qui est associée à la gelée blanche givrée des froids premiers matins de printemps.

Son grand amour, et le plus marquant, fut cependant celui qu'elle nourrit pour Endymion avec lequel elle aura cinquante filles. Ultimement, elle le plongera dans un sommeil éternel pour qu'il conserve à jamais sa beauté, mais surtout qu'il ne meurt jamais (car il est simple mortel et elle ne peut imaginer vivre sans lui). Ne pouvant se résigner à vivre un jour sans lui, et à le voir mourir et disparaître à jamais, elle obtint pour lui de Zeus, une immortalité, et Endymion fut endormi pour l'éternité.

La Lune ou Séléné est une déesse très ancienne, et si son étoile a pâlit en un certain moment, elle n'en demeure pas moins une déesse archaïque qui fut plus que fort probablement dotée de pouvoirs puissants dont elle put elle-même user sans avoir besoin d'un amant, fut-il le dieu des dieux.
Déesse capable d'indépendante, elle plongea elle-même par amour son amant adoré dans un sommeil éternel pour le préserver de la mort, à jamais. Avec l'accord de ce dernier d'ailleurs, et sans perfidie, égoïsme ou vicissitude. Séléné venait le voir régulièrement dans une grotte du Mont Latmos en Carie, lors de son passage dans le ciel, et le caressait de ses rayons d'argent, le baignant de sa tendre lumière laiteuse. Une légende raconte aussi que lors de la présence d'Hécate dans le ciel, elle en profitait pour s'éclipser du ciel pour se glisser physiquement aux côtés de son amant plongé dans le sommeil éternel. Une autre légende raconte qu'à chaque nouvelle lune Séléné se cachait pour ne pas être mangée par un dragon terrible. On effectuait dans le but d'éviter ce désastre, de nombreux rituels. Mais pour l'explication de son "départ du ciel'' à chaque lune nouvelle ou noire, retenons le mythe du retour mensuel d'Hécate souveraine et de Séléné allant rejoindre Endymion.

Séléné n'est pas une déesse vierge, c'est une mère et une amante Lunaire. Les cinquante filles qu'elle eues avec Endymion sont le symbole d'une union longue et heureuse. Le sommeil de son amant, suppose qu'elle le protège à jamais, amoureusement. C'est une déesse très anciennes, aux racines profondes et c'est une déesse forte et douce à la fois. Assumée, séductrice et libre, mais capable de fidélité, de grand amour, d'engagement et de sentiments profonds. C'est une déesse de la Lune parmi les plus anciennes, une déesse puissante, douce, maternelle, séductrice et magicienne. Une amante libre et assumée, une amoureuse engagée et aimante. Une beauté éthérée et sensuelle, une déesse inspirante...

Le lundi, jour de la semaine, lui est consacré (Lunæ dies).

Haut de Page

Lune - Astronomie

Avec 4 milliards d'années d'ancienneté, la Lune est légèrement plus jeune que la Terre, dont elle constitue un satellite naturel formé par les débris d'un énorme météore (au moins aussi gros que Mars !) après qu'il ait percuté la planète.
Elle mesure 3476 km de diamètre et pèse 73,5 billions de tonnes.
Notre lune parcourt une orbite autour de la Terre d'un rayon de 384 400 km à une vitesse avoisinant les 3700 km/h.
La Lune ne possède aucune atmosphère et n'a donc aucune fluctuation de température.
Le magnétisme de la Lune est bien sûr à l'origine des marées terrestres, puisque sur le côté de la Terre qui fait face à la Lune l'eau est comme "aimantée" vers elle (marée haute), alors que sur le côté opposé de notre planète, situé lui aussi dans l'axe d'attraction Terre-Lune, un mouvement identique mais de moindre ampleur se produit (marée basse). Comme la Terre tourne plus vite sur elle-même que sa lune n'en fait le tour, nous avons donc deux marées par jour : une face à la Lune, l'autre quand nous sommes à son exact opposé.
Ce sont les multiples impacts de météores sur la surface de la Lune qui sont la source de la fine poussière de débris qui la recouvre, la régolite. De plus, l'absence d'atmosphère et de champ magnétique lunaire la laisse exposée directement à l'hydrogène du vent solaire dont des particules se mélange avec la régolite. Lors d'étude d'échantillons, les scientifiques ont par ailleurs découvert des spécimens de roches datant de l'époque de la formation de la Terre, détachés de celle-ci lors de la genèse de son satellite. La Lune fournit donc de précieux renseignements sur la jeunesse de notre système solaire...

Haut de Page

Mercure (Hermès) - Mythologie

Chez les Romains, Mercure est le fils de Jupiter, il est le dieu du commerce (merx, en Latin, qui lui donne son nom). C'est la personnification de l'Eloquence et le dieu de la Chance, notamment en ce qui concerne le gain d'argent.
Sous son identité grecque, celle d'Hermès, il est le dieu de l'interprétation des textes, l'herméneutique, et il passe pour avoir inventé la lyre.
Un des attributs les plus connus de Mercure est bien entendu le caducée, aujourd'hui repris comme emblème médical.
Le dieu a des ailes au chapeau et aux pieds, qui en font le messager des dieux, le gardien des routes et des carrefours, des voyageurs, des voleurs. Cette légende donne son nom au mercure, le vif-argent, également réputé pour sa rapidité de mouvement.
Par extension, Mercure revêt la symbolique de l'activité constante de l'esprit humain, de la vivacité intellectuelle. Probablement la source de l'aisance naturelle dans les études, des contacts, de toutes fotmes de communications de la mobilité et des déplacements.
C'est en tout cas sous cet angle que les astrologues envisagent la planète Mercure, dès le Moyen-Age...

Légendes
A peine né, il savait déjà parler et marcher. Après s'être débarrassé de ses langes, il sortit de la grotte et attrapa une tortue qu'il vida consciencieusement car il voulait fabriquer une lyre mais il lui manquait de quoi à faire les cordes.
il alla donc en Thessalie où Apollon gardait les troupeaux d'Admète et lui déroba une partie de son troupeau alors qu'Apollon discutait avec Hyménaeos, et négligeait ses devoirs de pasteur.
Ayant entouré ses pieds avec des feuillages, il attacha une branche à la queue des animaux pour que nulle trace ne trahisse son larcin, Il les emmena à travers la Grèce, jusque à Pylos pour les cacher dans une caverne. Toutefois près de Ménale il fut surpris par un vieillard du nom de Battos dont il acheta le silence en lui promettant un bœuf en récompense.
Puis il sacrifia deux bêtes aux douze grands dieux de l'Olympe et retourna vers la grotte du mont Cyllène après avoir brûlé le reste des carcasses. Il tendit sur la carapace de la tortue les cordes fabriquées avec les boyaux des bœufs sacrifiés. Dans une autre version il utilisa des boyaux de moutons.

La première lyre était fabriquée. Ensuite il retourna sagement dans son berceau.
Apollon qui avait découvert le vol partit à la recherche de ses bêtes et en cours de chemin il rencontra Battos qui d'abord ne voulut rien dire. Alors Apollon lui promit deux bœufs en échange d'informations pour localiser son voleur. Battos ne sut pas garder le silence ce qu'Hermès lui fit payer un peu plus tard en le pétrifiant.
Après avoir fouillé toute la grotte en vain, Apollon questionna le bébé qui jura qu'il ne savait même pas ce qu'était une vache. Alors Apollon décida de l'emmener chez son père. Les explications fournies par le bambin semblaient très confuses et Zeus n'eut plus de doute lorsqu'il vit Hermès dérober prestement l'arc et les flèches d'Apollon. Le dieu des voleurs était né.
Zeus était content de son fils d'avoir un fils si habile mais il lui ordonna de restituer ses larcins.
Apollon était très intrigué par la lyre qui donnait des sons fabuleux, alors Hermès lui proposa de l'échanger contre les animaux qu'il lui avait dérobés. Le dieu du commerce était né.

Après s'être déguisé en Arès, il alla voir Héra qui, abusée, l'installa sur ses genoux et lui donna le sein; ainsi il n'encourut jamais le courroux qu'elle réservait aux rejetons adultérins de son mari volage.

Le mercredi, jour de la semaine, lui est consacré (Mercurii dies).

Haut de Page

Mercure - Astronomie

Mercure est la première planète de notre système solaire, celle qui se trouve le plus proche du Soleil.
Elle mesure 4878 km de diamètre et pèse 33,02 billions de tonnes.
Cette planète parcourt une orbite d'un rayon de 58 millions de km à une vitesse supérieure à 172 000 km/heure.
Il peut y faire de -180 ¡C à 430 ¡C, ce qui est le plus important écart de température parmi toutes les planètes connues.
Mercure n'a pas de satellite.
L'orbite de Mercure autour du Soleil n'est pas régulière, variant presque du simple au double de distance par rapport à celui-ci. Lorsque Mercure est plus proche, l'attraction solaire accélère sa rotation qui se ralentit à nouveau au fur et à mesure que l'astre s'en éloigne. C'est pourquoi Mercure est la seule planète que nous connaissions qui mette deux de ses années à tourner intégralement sur elle-même ; sa rotation s'effectue en deux révolutions.

Haut de Page

Vénus (Aphrodite) - Mythologie

Vénus est pour nous la planète la plus brillante, ce qui explique probablement qu'on lui ait attribué le nom de la déesse romaine de l'amour et de la beauté mais aussi de la fertilité. Vénus est l'Etoile du Berger, c'est elle que nous apercevons parmi les premières étoiles du soir et les dernières du matin et dont la couleur jaune la différencie des autres étoiles à la lumière plus bleutée. Il va donc de soi que l'astre a été avec Mercure l'un des premiers à être identifié.

Légendes
Deux grandes traditions mythologiques traitent de la naissance d'Aphrodite, et on les retrouve dans les épithètes généralement accolés aux noms de cette déesse. Certains la décrivent comme fille de Zeus et de Dioné. Fruit des escapades amoureuses du roi des dieux, elle incarnait l'attirance sexuelle et l'amour physique.

L'autre tradition en fait l'aînée de tous les Olympiens. Fille d'Ouranos, premier dieu céleste et survivant des âges les plus reculés. Dans cette tradition, elle représente l'aspect sacré de l'amour. Quand Cronos émascula son père Ouranos, il jeta ses parties génitales dans la mer. Là , sa semence se mêla à l'écume, et de ce contact naquit Aphrodite. Ce nom même signifie « née de l'écume>> . Les marées et les vents, dont Zéphyr, la poussèrent doucement vers le rivage de l'île de Cythère, puis, de là , à Chypre ou elle fut élevée par les Heures.

Aphrodite représentait à la fois l'amour sacré et l'amour profane. Déesse du mariage, elle était également celle des Prostituées. Elle incitait les épouses à l'adultère, mais les encourageaient , dans le même temps, à la fidélité et à la chasteté. Les punitions qu'elle infligeait étaient redoutables, mais elle était généreuse dans ses récompenses. Ces aspects ambigus et contradictoires témoignent de ses origines imprécises. Maîtresse de la procréation, et donc, de l'avenir de la civilisation, elle se complaisait en même temps dans la trivialité et l'obscénité.

Venus de milo (ovemythoAphrodite) était probablement la plus vénérée de toutes les déesses de l'Olympe, car chacun savait que, sans sexe et sans amour, l'avenir de l'humanité et tout simplement la vie serait incertains. Déesse de l'Amour, elle était aussi celle de la Beauté, de l'Élégance, du Plaisir, de la Grâce et des Bonnes Relations sociales. En outre, elle était déesse du rire, et la comédie relevait de son aimable autorité. La rose, le myrte et la pomme lui était consacrés, ainsi que la colombe, le cygne et le moineau. Ces oiseaux se partageaient l'honneur de tirer son char. Dans ses temples, on pratiquait la prostitution rituelle et des sacrifices sanguinaires. Les plaintes n'étaient donc pas rare pour protester contre les débordements qui se produisaient lors de certaines cérémonies.

Lorsque les Olympiens gagnèrent la guerre contre les Titans, ils l'emmenèrent sur l'Olympe, où les dieux, émus par sa beauté, l'accueillirent comme une des leurs.

Aussitôt, Aphrodite éveilla dans le regard des dieux de la divine assemblée des lueurs de désir… et dans le cœur des déesses un sentiments de convoitise. Sur de son pouvoir de séduction, la jeune déesse ne rêvait que d'une seule chose : épouser un dieu jeune et beau pour former un couple parfaitement assorti.

Mais c'était compter sans la jalousie d'Héra qui, bouillonnant de rage après avoir aperçu un éclair de convoitise dans les yeux de Zeus, décida que son fils Héphaïstos fera un parfait époux pour Aphrodite. Imaginez la déception de la belle Aphrodite lorsqu'elle découvrit son soupirant, le plus laid des dieux !

Héphaïstos forgea à Aphrodite une ceinture dorée. Loin de n'être qu'un accessoire, cette ceinture détenait tous les attraits qui rendait une femme non seulement séduisante mais aussi irrésistible : un ravissant sourire, un parler savoureux, un soupir expressif, un silence éloquent et un regard envoutant.

Héra elle-même, qui fréquenta peu Aphrodite, lui emprunta cette ceinture pour ranimer le désir de Zeus à son égard et pour le détourner des malheurs de la guerre de Troie.

Cette ceinture était si puissante que lorsque Aphrodite la portait, Héphaïstos lui pardonnait toutes ses infidélités.

Le vendredi, jour de la semaine, lui était consacré (Veneris dies).

Haut de Page

Vénus - Astronomie

Vénus est la deuxième planète de notre système solaire, située entre Mercure et la Terre.
Elle mesure 12103 km de diamètre et pèse 4,86 trillions de tonnes.
Cette planète parcourt une orbite d'un rayon de 108 millions de km à une vitesse supérieure à 126 000 km/heure.
Il peut y faire jusqu'à 470 ¡C en surface, laquelle est constamment balayée par des vents de 4 à 400 km/h, suivant leur altitude.
Vénus n'a pas de satellite, sa très lente rotation la privant de champ magnétique.
Astronomiquement, Vénus ressemble par bien des aspects à notre Terre (dont on la dit parfois jumelle). En effet, elle mesure 95% du diamètre terrestre et pèse 80% de sa masse, possède un noyau ferreux à peu près équivalent à celui de la Terre et des cratères qui témoignent d'une croûte vénusienne encore jeune. Les deux planètes ont également des caractéristiques géologiques et chimiques similaires. Toutes ces ressemblances ont jadis alimenté l'imagination d'astronomes qui pensaient découvrir sous l'épaisse couche nuageuse de Vénus un paysage pareil à celui de la Terre, voire même des formes de vie.

Haut de Page

Mars (Arès) - Mythologie

Mars est la planète rouge, ce qui explique probablement qu'on lui ait attribué le nom du dieu romain de la guerre,apte à l'action violente et aux colères brutals père des jumeaux Phobos et Deimos qui, eux, baptisèrent ses satellites.
Comme Mercure et Vénus, Mars a été parmi les premières planètes à être identifiée. C'est, après la Terre, la planète la plus favorable au développement d'une forme de vie.
Mars est le dieu romain de la Guerre, le plus important juste après Jupiter. (L'emplacement de son autel baptise le "Champ de Mars" à Rome). A l'époque, le calendrier romain commence d'ailleurs chaque année au mois de Mars, indiquant aussi bien le début de l'année agricole que celui des campagnes militaires.
Rappelons ici qu'il n'est pas rare de compter des soldats parmi le milieu paysan, ce qui justifie le rapprochement naturel d'un même dieu, dans deux domaines qui paraissent alors voisins.
Le dieu se vénère paradoxalement comme protecteur de la végétation et de son épanouissement. Mars est effectivement le symbole du réveil de la force et de la vigueur, tant dans la nature que dans le coeurs des guerriers.
Mars symbolisait la force passionnelle et sensuelle dans toute sa puissance, ce qui séduisit la déesse Vénus (pourtant femme mariée), laquelle lui donna une fille : Harmonie, et deux fils : Phobos et Deimos... Qui sont d'ailleurs les noms des deux satellites de la planète Mars...

Légendes
Arès est le fils de Zeus et d'Héra, mais selon certaines versions, Héra aurait enfanté de lui sans intervention masculine.
D'une taille énorme et d'une voix tonitruante, il est peu aimé des autres dieux à cause de sa cruauté et de ses emportements : sa soif de batailles et de sang paraît intarissable .
Mais le plus rustre des dieux n'est pas dénué de charme : il séduit Aphrodite par son ardeur et sa stature colossale. Or, Zeus a marié la belle déesse à Héphaïstos. Son ardente liaison avec Arès doit donc demeurer secrète et notamment échapper au regard d'Hélios, le dieu du Soleil, qui voit tout dès les premières lueurs de l'aube.
C'est donc sous le couvert de la nuit qu'Arès rejoint la chambre de sa divine maîtresse. Prudent, il poste un éphèbe nommé Alectryon en sentinelle : celui-ci doit guetter le lever du jour. Comme on peut s'y attendre, un matin, Alectryon s'assoupit et laisse dormir les amoureux : Hélios s'empresse de prévenir Héphaïstos, le mari trompé. Pour punir Alectryon de sa négligence, Arès le transforma en coq : il sera condamné à signaler le lever du soleil pour l'éternité.
L'habile Héphaïstos ne perd de temps et use de son savoir-faire unique pour fabriquer une couverture magique qu'il jette dur les deux amants, toujours enlacés. Tel un filet invisible, cette couverture légère comme une gaze amis solide comme l'acier piège dans leur étreinte la femme adultère et son terrible amant. Il ne reste plus au mari trahi qu'à convoquer les dieux, pour soumettre les fautifs à l'opprobre général.
Les amants surpris en si fâcheuse position ne provoquent aucunement l'indignation qu'Héphaïstos était en droit d'attendre, mais déclenchant un immense éclat de rire chez les dieux. Le jugement des immortels est empreint d'indulgence. Poséidon prend même la défense des amoureux, tandis qu'Apollon et Hermès estiment que l'amour d'Aphrodite valait bien cette épreuve. Quant aux autres déesses, elles se gardent bien de toute moquerie à l'égard de la belle.
à la demande de Zeus, Arès doit, pour être libéré, dédommager l'époux légitime, en lui versant une compensation. Humilié, le dieu de la Guerre s'enfuit en Thrace, son pays natal, tandis que la belle déesse, quelque peu honteuse mais pas repentie, gagne l'île de Chypre.
Arès n'a pas d'épouse mais il engendre plusieurs enfants, fruits de ses nombreuses aventures galantes. Aphrodite lui donne trois enfants : Deimos (la Terreur), Phobos (la Crainte) et Harmonie. Les deux premiers, jumeaux effroyables, accompagnent leur père sur le champ de bataille.

Le caractère sanguinaire et sans scrupules d'Arès effraie même les autres dieux et, s'il vit en bonne intelligence avec Aphrodite, il a aussi une ennemie déclarée en la personne de la sage et brillante Athéna.
La rapidité d'Arès est vertigineuse et sa force sans égale, mais ses emportements sont à l'opposé de l'intelligence et de la mesure de la déesse guerrière. Le terrible cri d'Arès qui glace le sang de ses victimes ne l'impressionne pas, et la grande protectrice de la cité d'Athènes n'hésite pas à le désarmer. Elle l'empêche souvent de prendre part aux combats qu'elle juge ne pas le concerner, en l'affrontant directement s'il le faut.
Arès est souvent représenté casqué et armé d'une lance et d'un bouclier. Les légendes dans lesquelles il apparaît le montrent combattant, sans qu'il soit toujours vainqueur. Il fut également plusieurs fois battu par Héraclès qui le blessa à la cuisse.

Le mardi, jour de la semaine, lui était consacré (Martii dies).

Haut de Page

Mars - Astronomie

Mars est la quatrième planète de notre système solaire, située entre la Terre et la Ceinture d'Astéro•des (qui précède Jupiter).
Elle mesure 6794 km de diamètre et pèse 6,42 billions de tonnes.
Cette planète parcourt une orbite d'un rayon de 228 millions de km à une vitesse proche de 87 000 km/heure.
La température oscille entre -120°c et 25°c en surface.
Mars a deux satellites : Phobos et Deimos.
Mars possède une orbite en ellipse qui la rapproche puis l'éloigne du Soleil de manière très accentuée, d'où ses importantes variations de températures. Elle possède aux deux pôles une calotte glacière recouverte de dioxyde de carbonne solide (ce que nous appelons de la neige carbonique). La surface martienne est équivalente à celle de l'ensemble des continents émergés terrestres, donc légèrement moins étendue. Cependant, son relief présente quelques remarquables caractéristiques...
Son relief accidenté, ses canyons, tous tendent à prouver qu'il y eut autrefois de l'eau à la surface de Mars, il y a environ 4 milliards d'années, si l'on en croit l'analyse des traces d'érosion des nombreux canaux. Il est ainsi fort probable que Mars ait beaucoup ressemblé à la Terre à cette époque, en un peu plus froid.

Haut de Page

Jupiter (Zeus) - Mythologie

Jupiter est la plus imposante planète de notre système solaire (318 fois la Terre), d'où probablement le nom qui lui a été attribué du chef des dieux romains avec des qualités de bienveillance et de générosité, il est responsable du climat, de la pluie et de la foudre.
Jupiter peut personnifier la bonne foi, mais représente surtout l'Etat romain, recevant les offrandes des magistrats et généraux victorieux, il protège en effet les combattants et leur donne la victoire.

Légendes
Zeus, dieu suprême des Grecs, est le fils de Cronos et de Rhéa, et l'époux d'Héra; il hérita lors du partage du monde entre ses frères Poséidon et Hadès, de la souveraineté sur les airs et les terres émergées.
A l'origine, personnification du ciel clair et des phénomènes célestes, Zeus devint le dieu souverain des dieux et des hommes, ordonnateur du monde et garant de ses lois.

Selon Homère, Zeus habite l'éther c'est-à-dire la région calme et magnifique qui s'étend au-dessus de l'atmosphère terrestre, bien au delà des nuages et des tempêtes. Les montagnes, dont les sommets, baignés de lumière et d'air pur, semblent s'élever jusqu'à l'éther, sont ses trônes et il n'est guère en Grèce de lieux en hauteur sur lesquels Zeus n'ait été adoré. Mais sa résidence la plus connue se situe sur l'Olympe où se trouve son magnifique palais construit par Héphaïstos au milieu des palais des autres Olympiens.

Un tel dieu devait naturellement être le plus fort et le premier des dieux. Il était le dieu tout-puissant, dont la volonté était limitée seulement par les arrêts inéluctables du Destin. On peut distinguer cinq grandes fonctions chez Zeus :

  • Il présidait à tous les phénomènes atmosphériques. Il était le dieu de la pluie et des vents, dont il a confié la garde à Eole; aussi bien des vents mauvais, qui amènent la neige et les pluies torrentielles, que des vents qui apportent la pluie douce et bienfaitrice; il était aussi le dieu du beau temps ; par suite, il devint le dieu fécondant, protecteur des moissons et des fruits qui fait gémir les arbres sous le poids des fruits savoureux.

Mais c'est surtout comme maître de la foudre qu'il était craint et vénéré. Il déchaînait l'orage en agitant l'égide et déclenchait la foudre.

  • Il présidait au maintien des lois, des sociétés humaines, des associations de tout genre : fratrie, tribu, état, confédération.

Il est un modèle pour les rois en tant que législateur.
On retrouve ces attributions protectrices dans les nombreux épithètes et surnoms qui le qualifient:
celui qui écarte les maux menaçants;
celui qui protège les faibles, les indigents, les fugitifs et, de façon générale, le Zeus, sauveur de tous les suppliants

  • Il est le dieu de la famille au sens large:

dieu du foyer
dieu des clôtures et des murs aussi bien des maisons que des cités
dieu du mariage
dieu de l'amitié
dieu de l'hospitalité

  • Divinité de l'ordre social, comme dieu de la cité, ou des assemblées populaires et garant des serments et des traités.
  • Dieu guerrier aux belles armées dont le courage pour faire face à l'ennemi ou la ruse pour le tromper, lui permette de savourer la victoire, ou assumer la défaite.

Le jeudi, jour de la semaine, lui était consacré (Jovis dies).

Haut de Page

Jupiter - Astronomie

Jupiter est la cinquième planète de notre système solaire, située entre la Ceinture d'Astéro•des (qui suit Mars) et Saturne.
Elle mesure 142 984 km de diamètre et pèse 19,27 trillions de tonnes.
Cette planète parcourt une orbite d'un rayon de 778 millions de km à une vitesse supérieure à 47 000 km/heure.
La température en surface se maintient aux alentours de -153 ÁC.
Jupiter a seize satellites, dont les 4 plus importants sont (du plus proche au plus distant) : Io, Europe, Ganymède et Callisto.
Jupiter est un peu un "soleil raté"... De composition chimique équivalente, seule sa taille l'empêche d'atteindre la fusion nucléaire qui est la source de la chaleur dégagée par le Soleil. Trop petite, son noyau ne génère pas assez de chaleur pour produire une énergie nucléaire (une explosion moyenne à la surface du Soleil équivaut à celle de 50 000 bombes atomiques). La chaleur interne de Jupiter vient de sa compression gravitationnelle : La gravité de Jupiter est 100 fois supérieure à celle de la Terre.

Haut de Page

Saturne (Chronos) - Mythologie

Saturne est l'équivalent romain du dieu grec Chronos. En Italie, il protège les semailles et symbolise l'âge d'or des Titans qui précède l'arrivée des dieux de l'Olympe (la génération suivante).
Dernière planète visible à l'oeil nu ,Saturne marque les limites du monde physique, il renseigne sur les frontières, la fin des choses, la mort et invite aussi à pénétrer au-delà de ces limites.

Légendes
De l'union de Gaïa (la Terre) et Ouranos (le ciel) naît Chronos (le Temps), frère des Cyclopes Ouraniens et des Hécatonchires.

Après avoir détrôné son père Uranus, Saturne obtint de son frère aîné Titan la faveur de régner à sa place. Titan toutefois y mit une condition, c'est que Saturne ferait périr toute sa postérité mâle, afin que la succession au trône fût réservée aux propres fils de Titan.
Saturne épousa Rhéa dont il eut plusieurs fils qu'il dévora avidement, ainsi qu'il en était convenu avec son frère. Sachant par ailleurs qu'un oracle lui prédit qu'il sera détrôné par un de ses enfants, il exigea de son épouse qu'elle lui livrât les nouveau-nés. Cependant Rhéa parvint à sauver Jupiter (elle fit avaler à Chronos une pierre entourée de langes à la place de Jupiter). . Celui-ci, étant devenu grand, fit la guerre à son père, le vainquit, et, après l'avoir traité comme Uranus avait été traité par ses fils, il le chassa du ciel. Ainsi la dynastie de Saturne se continua au détriment de celle de Titan.
Saturne eut trois fils de Rhéa qui parvint à les sauver avec la même adresse : Jupiter, Neptune et Pluton, et une fille, Junon, sœur jumelle et épouse de Jupiter. Quelques-uns y ajoutent Vesta, déesse du feu, et Cérès, déesse des moissons. Il eut en outre un grand nombre d'enfants de plusieurs autres femmes, comme le centaure Chiron de la nymphe Philyre, etc.

On dit que Saturne, détrôné par son fils Jupiter, et réduit à la condition de simple mortel, vint se réfugier en Italie, dans le Latium, y rassembla les hommes féroces, épars dans les montagnes, et leur donna des lois. Son règne fut l'âge d'or, ses paisibles sujets étant gouvernés avec douceur. L'égalité des conditions fut rétablie; aucun homme n'était au service d'un autre ; personne ne possédait rien en propre ; toutes choses étaient communes, comme si tous n'eussent eu qu'un même héritage. C'était pour rappeler la mémoire de cet âge heureux qu'on célèbrait à Rome les Saturnales.

Ces fêtes dont l'institution remontait dans le passé bien au delà de la fondation de la ville, consistaient principalement à représenter l'égalité qui régnait primitivement parmi les hommes. Elles commençaient le 16 décembre de chaque année : d'abord elles ne durèrent qu'un jour, mais l'empereur Auguste ordonna qu'elles se célèbrerent pendant trois jours auxquels plus tard Caligula en ajouta un quatrième. Pendant ces fêtes, on suspendait la puissance des maîtres sur leurs esclaves, et ceux-ci avaient le droit de parler et d'agir en toute liberté. Tout ne respirait alors que le plaisir et la joie : les tribunaux et les écoles étaient en vacances ; il n'était permis ni d'entreprendre aucune guerre, ni d'exécuter un criminel, ni d'exercer d'autre art que celui de la cuisine ; on s'envoyait des présents, et l'on se donnait de somptueux repas. De plus tous les habitants de la ville cessaient leurs travaux : la population se portait en masse vers le mont Aventin, comme pour y prendre l'air de la campagne. Les esclaves pouvaient critiquer les défauts de leurs maîtres, jouer contre eux, et ceux-ci les servaient à table, sans compter les plats et les morceaux.

En grec, Saturne est désigné sous le nom de Chronos, c'est-à-dire le Temps. L'allégorie est transparente dans cette fable de Saturne. Ce dieu qui dévore ses enfants n'est, dit Cicéron, que le Temps lui-même, le Temps insatiable d'années, et qui consume toutes celles qui s'écoulent. Afin de le contenir, Jupiter l'a enchaîné, c'est-à-dire l'a soumis au cours des astres qui sont comme ses liens.

Saturne était communément représenté comme un vieillard courbé sous le poids des années, tenant une faux à la main pour marquer qu'il préside au temps. Sur beaucoup de monuments, il est représenté avec un voile, sans doute parce que les temps sont obscurs et couverts d'un voile impénétrable.
Saturne ayant le globe sur la tête est considéré comme étant la planète de ce nom. Une gravure, dite étrusque, le représente ailé, avec sa faux posée sur un globe; c'est ainsi que nous représentons toujours le Temps.

Le jour de Saturne est celui que nous nommons samedi (Saturni dies).

Haut de Page




Saturne - Astronomie

Saturne est la sixième planète de notre système solaire, située entre Jupiter et Uranus.
Elle mesure 120 536 km de diamètre et pèse 5,68 trillions de tonnes.
Le diamètre orbital de cette planète a un rayon de 1,43 milliards de km, parcourus à une vitesse supérieure à 34 500 km/heure.
La température en surface avoisine une moyenne de -150 °C.
Saturne a aujourd'hui dix-huit satellites, dont les cinq plus importants sont (par ordre décroissant de diamètre) : Titan, Rhéa, Japet, Dioné et Thétys.
Ses anneaux sont très lumineux et de fait facilement observables à l'aide d'un petit téléscope. Il y en a sept en tout : 2 plus larges et 5 plus fins. Ils se constituent de milliers de particules mesurant entre 1 centimètre et 10 mètres, voire probablement quelques kilomètres pour certains d'entre eux. Même si leur diamètre atteint 250 000 km, leur épaisseur n'éxcède pas 200 mètres ! Les anneaux sont essentiellement composés de glace ou de roches qui en sont recouvertes. Les zones d'ombres qui y furent décelées par les sondes Voyager 1 et 2 seraient en fait dues à un déplacement des débris annulaires à la verticale par rapport au reste de l'anneau. Ce mouvement pourrait avoir été engendré par certains des nombreux orages magnétiques saturnien. Si les astrophysiciens avancent que la forme et la division des anneaux seraient dues à l'attraction des satellites les plus proches de Saturne, le système annulaire saturnien demeure trop complexe et son fonctionnement nous échappe encore, de même que son origine.

Haut de Page