Astrologie Traditionnelle

Le mot "tradition" provient du latin traditus, qui signifie "transmis". La tradition, c'est la transmission. Ce n'est pas un système de croyances auxquelles il conviendrait d'adhérer.

Qu'entend-on par Astrologie traditionnelle

Mais la "tradition", ce n'est pas le traditionalisme. Et encore moins de l'intégrisme. La tradition, ce n'est pas la transmission de n'importe quoi. C'est la transmission du vrai et du beau. C'est donc aussi le droit d'inventaire. Le droit de retenir ce que valide mon expérience, en ce moment de mon existence. Quelqu'un d'autre peut en retenir autre chose, validé par sa propre expérience. Mais pour en extraire et retenir les pépites, il convient d'avoir étudié et digéré l'héritage.

Un peintre qui maîtrise son art a étudié les grandes époques de la peinture. Il n'a pas fermé son regard sur tel peintre du passé ou contemporain en refusant de regarder quoi que ce soit d'autre. Dans le premier cas (la crispation sur un peintre passé), ce serait du traditionalisme, dans le second (la crispation sur un peintre contemporain) ce serait du modernisme.

Un vrai peintre a étudié les grandes œuvres du passé. Non pour les copier servilement - ce serait inepte et inutile - mais pour digérer et maîtriser l'acquis. Il se juche ainsi sur les épaules des géants qui l'ont précédé. Il ne cherche pas à réinventer ce qui l'a déjà été. Une fois l'héritage digéré, il peut aller de l'avant en toute quiétude. Il élabore sa propre synthèse, son propre style. Il fait œuvre de véritable création.

Un de mes amis est connu dans le milieu de la peinture contemporaine non figurative. Mais il sait dessiner un carton d'invitation de style "victorien" si sa femme le lui demande. C'est un vrai peintre. Il a maîtrisé l'héritage et il a poursuivi l'œuvre. C'est le b-a ba dans n'importe quel art. C'est vrai de l'ébéniste comme du musicien.

Cette nécessaire digestion de l'héritage en s'y confrontant est aussi une évidence en matière de psychologie. Refuser de façon agressive de se confronter à son passé, c'est toujours le symptôme d'un problème à régler en soi-même.

Le traditionalisme consisterait à estimer que tel peintre - ou tel astrologue du passé - était la perfection achevée et définitive. De même que le modernisme consisterait à penser que tel peintre ou tel auteur contemporain est la perfection achevée et définitive. C'est le même état d'esprit. Seule le personnage - ou l'époque - auxquelles il est fait référence change.

Il n'a jamais existé une école de peinture parfaite qu'il conviendrait de restaurer telle quelle. Ce serait du traditionalisme. Il n'a jamais existé un courant d'astrologie parfait qu'il conviendrait de restaurer tel quel. Ce serait du traditionalisme. Mais il n'y a pas de peintre actuel qui serait "l'aboutissement final de la peinture derrière lequel tout le monde devrait s'aligner". Ce serait du modernisme. Il n'y a pas d'astrologue (ou de courant astrologique) actuel qui serait "l'aboutissement de l'astrologie, la seule vraie astrologie derrière laquelle tout le monde devrait s'aligner". Ce serait du modernisme. Réinventer l'astrologie pour ne pas avoir à l'étudier, c'est une attitude étrange.

Renvoyons dos à dos les esprits figés, qu'ils soient traditionalistes ou modernistes. Travaillons dans la liberté, sans céder aux interdits des uns ou des autres. Il y a toujours eu des intégristes de tous bords. Ne cédons pas aux interdits des traditionalistes qui refuseraient de lire autre chose que tel auteur passé; ne cédons pas aux interdits des modernistes qui refuseraient de lire autre chose que tel auteur actuel.

Propos de Denis Labouré
(D'après les écrits de Robert Amadou – Discours de Robert Amadou aux astrologues enseignants des 18 et 19 janvier 1997)